(enfin!) de l’IPv6 chez free.fr

Pour utiliser Internet, il faut disposer d’une adresse IP unique.
Nous utilisons actuellement des adresses d’une longueur de 32 bits, couramment exprimées sous la forme XXX.XXX.XXX.XXX, chaque bloc ‘XXX’ ayant une valeur comprise entre 0 et 255.
C’est le protocole IPv4, dont la dernière modification date de 1981 (rfc791) … date à laquelle l’évolution d’Internet n’était pas encore très prévisible. L’organisme en charge de la distribution des adresses IP, le RIPE(Réseaux IP Européens), prévoit une pénurie d’adresses IPv4 dans un délai discuté mais assez court. (leur dernier communiqué à ce sujet)
Un nouveau protocole a donc été normalisé dès 1998 (rfc2460): il s’agit d’IPv6.
En IPv6, les adresses ont une longueur de 128 bits, et ressemblent plutôt à ça: 2001:yyyy:yyyy:yyyy:yyyy:yyyy:yyyy:yyyy, ou chaque bloc ‘yyyy’ est exprimé en hexadécimal (chiffres+lettres de ‘a’ à ‘f’).
L’IPv6 permet dès le départ beaucoup plus de choses, entre autres:

  • beaucoup plus d’adresses disponibles pour permettre entre autres l’arrivée sur internet d’autres régions du monde que les ‘pays industrialisés’
  • gestion de la mobilité
  • correction de « défauts de jeunesse » de l’IPv4
  • sécurité des communications
  • cette liste est loin d’être exhaustive: lire la rubrique ‘Pourquoi IPv6’ sur www.fr.ipv6tf.org par exemple…

Un artiche très bien écrit à ce sujet: http://roland.entierement.nu/blog/2007/12/23/ipv6-pourquoi.html
Le déploiement d’IPv6 (non exclusif: on peut « avoir les deux à la fois ») a beaucoup tardé en france: seul le FAI Nerim était le seul fournisseur d’accès à proposer ce service de 2002 à fin 2007, maintenant rejoint par free.fr (annonce par Iliad) – et donc bientôt par les autres FAI ?
Cependant, on peut regretter (comme souvent chez free.fr) une annonce minimaliste et le manque de documentation « grand public », ainsi qu’une implémentation qui reste à améliorer.

Parmi les doléances « courantes » des connaisseurs:

  • pas de délégation DNS inverse du préfixe alloué par free (2a01:5d8:xxxx:xxxx::), même si on peut toujours utiliser du 6to4 standard, ce qui n’est pas « pour tout le monde » !
  • pas de firewall v6 dans la freebox (va pour moi, mais pour les
    non-geeks c’eût été de bon ton… un zindozs « le cul à l’air » ça fait
    toujours froid dans le dos…)
  • Le préfixe en question est un /64, qui ne permet pas de séparer plusieurs réseaux chez soi (du moins pas avec du « Router Advertisement », qui est un des avantages majeurs d’IPv6 et qui permet l’auto-configuration des postes clients)

Ceci dit, c’est énormément mieux que rien, ça fonctionne pour tous les dégroupés (à condition d’activer le service dans la console de free.fr)… vivement la suite !

Related post